International › APA

Paul Kagamé sur le génocide: « Ce qui s’est passé ne se répétera pas »

Pas d'image

Le président rwandais, Paul Kagamé, a mis en garde dimanche à Kigali, à l’ouverture de la 25e commémoration du génocide commis contre les Tutsis, les « pays qui continuent de penser que le Rwanda n’a pas assez souffert », leur notifiant toutefois devant une assemblée de dirigeants internationaux que « ce qui s’est passé ne se répétera pas et ne se reproduira pas ». »Le Rwanda, par conséquent, gardera une longueur d’avance. (…) Sinon nous allons vers l’insignifiance », a dit le chef de l’Etat, sans citer nommément les destinataires de son message.

« Le Rwanda est un très bon ami de ses amis », a-t-il souligné devant ses homologues du Tchad, du Djibouti, du Congo et du Niger, mais également devant les Premiers ministres de la Belgique et de l’Ethiopie.

Il a noté qu’aucune « force n’est assez puissante pour dresser les Rwandais les uns contre les autres », appelant par ailleurs ses « frères et soeurs africains à ne pas accepter la division » dont certaines personnes ou institutions peuvent être les déclencheurs. « Car ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous désunit », a précisé Paul Kagamé. 

Le génocide rwandais a emporté environ 800.000 personnes, principalement des Tutsis, durant la période 1990-1994, décimant ainsi « la population rwandaise plus radicalement que ne l’aurait fait une arme de destruction massive », a noté encore le président Kagamé. 


« Nous ne voulons pas oublier, mais nous apprenons chaque jour à pardonner », a-t-il poursuivi, indiquant par ailleurs que le « révisionnisme (de certains) n’est pas seulement dévalorisant, mais il constitue une menace ».

En revanche aujourd’hui, « notre pays a effectué un tournant » grâce à une « détermination (qui) nous pousse à aller de l’avant » et grâce aussi à cette population actuelle du Rwanda dont « 60% sont nés après le génocide », a déclaré le chef d’Etat rwandais. 

« Aujourd’hui, il est clair que Dieu est rentré chez lui », a soutenu Paul Kagamé sous les applaudissements de la salle. Dans cette assertion, il paraphrase en effet une formule locale reprise lors d’une commémoration par une jeune fille, disant que : « Dieu parcourt le monde le jour et rentre dormir le soir chez lui, au Rwanda ».

À LA UNE
Retour en haut