› Politique

Plusieurs officiers proches de Sékouba Konaté rejoignent Alpha Condé

Pr Alpha Condé

Des  officiers de l’armée guinéenne viennent de rejoindre le camp du président Alpha Condé.

Parmi eux, il y a des anciens membres du CNDD, junte dirigée par Moussa Dadis Camara, après la mort de Lansana Conté en 2008. Les colonels  Yaya Sow et Aboubacar Sidiki Diaby qui ont fait une apparition tonitruante ce week-end au siège du RPG ne sont donc pas les seuls à avoir rejoint le parti d’Alpha Condé ! D’autres officiers non des moindres dont des proches de Konaté et de Dadis Camara  font partie de la liste. Les colonels Mamadou Paraya Bah, ex-chef d’état-major particulier du Général Sékouba Konaté (ex patron de la transition) et Koulako Béavogui, jeune frère biologique de l’ancien premier ministre Lansana Béavogui, ont rejoint le parti au pouvoir. Ils étaient tous membres de la junte militaire de 2008 conduite par Dadis Camara.

Outre ceux-ci, un Amiral et d’autres colonels ont également posé leurs valises dans le RPG arc-en-ciel. L’amiral Lamie Bangoura, ex gouverneur de la région de Nzérékoré, les colonels Siaka Camara (commando marin, instructeur et formateur des fusiliers marins), N’Famara Diomandé (ex-chef d’Etat-major de l’armée de mer, commandant de navire de guerre, actuel préfet maritime), Sidiki Traoré (navigateur, timonier de l’armée de mer), N’Faly Traoré (artilleur marin, ex préfet de Dinguiraye), ont adhéré au RPG. Tous ces officiers avaient mis à la retraite à l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir qui avait aussitôt enclenché une fastidieuse opération de réforme des forces armées.


Ce « coup de poker » réussi par Alpha Condé intervient alors que le  débat sur un éventuel troisième mandat brûle l’actualité politique du pays. Politicien aguerri, l’actuel dirigeant guinéen veut-il contrôler toutes les forces (y compris dans l’armée) qui pourraient lui barrer la route dans cette aventure « risquée » ? Rien n’est moins sûr ! En tout cas, le retour de ces anciens officiers de l’armée qui étaient presque dans les « oubliettes » et quelque peu « frustrés » d’avoir été mis à la retraite, suscite assez de controverses.

À LA UNE
Retour en haut