International › APA

Politique et économie en exergue dans les quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè évoquent, ce jeudi, des sujets essentiellement liés à l’économie et à la politique.«Vote (des Burkinabè) de la diaspora : +Ce sera effectif en 2020+», arbore en manchette, L’Observateur Paalga, qui précise qu’il s’agit d’une déclaration du ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’étranger, Paul Robert Tiendrébéogo.

Le journal renseigne qu’en visite officielle de prise de contact avec la communauté burkinabè vivant en Côte d’Ivoire, le ministre Tiendrébéogo a effectué une visite dans les villes ivoiriennes de Soubré, Bouaké et Abidjan du 30 mai au 5 juin 2018.

Pour sa part, le quotidien national Sidwaya  évoque la visite du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré en Belgique.

Selon le quotidien, le chef de l’Etat burkinabè a rencontré, hier mercredi 6 juin 2018, à Bruxelles, quatre hauts responsables européens avec lesquels il a parlé de coopération et de développement, de droits de la femme, et surtout de lutte contre la radicalisation et le terrorisme au Burkina Faso et au Sahel.

En politique, Le Pays revient sur les conférences de presse organisées,  hier mercredi, par les partis de l’opposition, à savoir l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

A ce sujet le journal cite le député de l’UPC, Léonce Zagré qui dit à propos de la gestion du président du parlement burkinabè, Alassane Bala Sakandé, que «nous assistons à un recul de gouvernance au sein de l’Assemblée nationale».

Quant au vice-président du groupe parlementaire CDP, Alphonse Nombré, il a déclaré : «Nous demandons au gouvernement et à sa majorité un peu de respect pour l’opposition parlementaire».

De son côté, Aujourd’hui au Faso affiche en première page: «Groupe parlementaire CDP : Les défis du PNDES ne seront pas relevés», reprenant les ainsi propos des députés de l’ex-parti au pouvoir.

Pendant ce temps, le journal privé Le Quotidien consacre sa manchette au mouvement d’humeur des syndicats du ministère de l’Economie, des Finances et du développement (MINEFID).

Le confrère a publié divers avis sur la question, notamment celui de l’Association des commerçants pour le progrès (ACP), du Dialogue et trêve sociale au service du développement (DTS) et de Mme me Médiateur du Faso, Saran Séré/ Sérémé.

Sidwaya rapporte que l’Association des commerçants pour le progrès (ACP) a animé hier mercredi à Ouagadougou, une conférence de presse pour «inviter le gouvernement et les syndicats au dialogue  afin de trouver une solution aux grèves qui asphyxient l’économie nationale».


À LA UNE

Retour en haut