International › APA

Politique, social et économie au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce jeudi se focalisent sur nombre de sujets notamment les prochaines élections législatives, la protection de l’enfant et les pertes subies par le secteur avicole.+Aujourd’hui le Maroc+ écrit que le compte à rebours semble déjà enclenché pour la tenue des prochaines élections. Alors que le scénario d’un report avait circulé un temps, le maintien du calendrier électoral pour l’année prochaine est maintenant acquis. Qui dit élections, dit également financement des campagnes électorales, logistique, bureau de vote, mobilisation exceptionnelle des ressources humaines et donc forcément un budget conséquent.

Dans ce sens, le gouvernement vient d’annoncer qu’une enveloppe budgétaire d’une valeur de 1,5 milliard de dirhams (MMDH) sera prévue dans le cadre du projet de loi de Finances-2021 qui sera bientôt soumis au Parlement. Cette enveloppe fait partie, selon les responsables, des dépenses incompressibles. Il s’agit d’un budget important mais qui pouvait encore être plus conséquent. Et pour cause : ce n’est pas un seul scrutin mais plusieurs qui devraient avoir lieu en 2021, rappelle la publication.

+Le Matin+ rapporte que l’Observatoire national des droits de l’enfant (ONDE) a lancé, mercredi à Rabat, une nouvelle dynamique nationale à même de promouvoir l’action de prévention et de lutte contre les violences à l’égard des enfants, en particulier les abus sexuels.

Cette dynamique trouve son fondement dans une série d’actions basées sur l’appui aux organisations de la société civile au niveau national et local, le renforcement du partenariat avec les Centres hospitaliers universitaires (CHU) et l’organisation de sessions de formation au profit des enfants eux-mêmes et des acteurs institutionnels et associatifs, indique le journal.

Elle repose aussi également sur la création de commissions ad hoc régionales composées d’enfants parlementaires pour assurer le suivi-évaluation de la situation de l’enfance et sur la présentation de recommandations à ce sujet au niveau national.

+L’Economiste+ relève que le poulet de chair est malmené par la pandémie : 4 milliards de DH de pertes depuis le mois de mars. C’est l’estimation de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA) au sujet des dégâts collatéraux de la pandémie du coronavirus.

Selon les professionnels de la filière, l’impact des mesures d’urgence a été tout particulièrement ressenti par les élevages avicoles. La vague de fermetures des hôtels, restaurants, réfectoires, salles de fêtes, combinée à l’annulation d’événements et à l’arrêt de l’activité des traiteurs, a fortement impacté la demande.

Sans oublier aussi la fermeture des frontières et celle des souks hebdomadaires. Résultat, une baisse drastique de la demande sur les viandes blanches. «Le recul estimé à 40% s’est soldé par une forte perturbation du marché et une chute des prix de vente du poulet de chair à la ferme passant de 11,50 12,00 DH/kg vif à 5,50-7,00 DH (1 euro =10,8 DH)», souligne la FISA, cité par la publication.

Bon plan
Publié le 18.03.2019

Kindia : la découverte des ‘’Eaux de Kilissi’’

Le site touristique « Les Eaux de Kilissi », situé entre Seinta et Touguikhouré, sur le chemin de la sous-préfecture de Molota, à 17 kilomètres du centre-ville…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldeconakry.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut