Politique › Actualité

Pour le bon déroulement des prochaines élections, la France appelle la Guinée à un débat politique « ouvert, inclusif et pacifique »

L’ambassade de France en Guinée a reçu les acteurs de la sphère politique, du secteur privé, de la société civile, des médias, du sport, de la culture, ainsi que les chefs de missions diplomatiques et des organisations internationales, en plus de plusieurs ressortissants français en Guinée, afin de célébrer la fête nationale française.

C’est donc au cœur d’une ambiance conviviale que la France a invité la classe politique à un débat « ouvert, inclusif et pacifique », par la voix de l’ambassadeur, Jean-Marc Grosgurin. Il a consacré une partie de son discours à la situation en Guinée, dont voici quelques lignes :

« Aujourd’hui, la France demeure aux côtés de la Guinée pour consolider la démocratie et l’Etat de droit, favoriser la stabilité et le développement socio-économique du pays. La France encouragera toujours la voie du dialogue entre tous les acteurs pour favoriser les règlements consensuels. (…) Dans la perspective de nouvelles échéances électorales fin 2019 et 2020, la France et de nombreux partenaires internationaux de la Guinée, appellent de leurs vœux un débat politique ouvert, inclusif et pacifique, ainsi qu’un processus électoral libre, honnête, démocratique et transparent, garantissant la crédibilité des scrutins. (…) En tout état de cause, quel que soit le choix du peuple guinéen lors des prochaines consultations, il sera essentiel pour le pays de poursuivre les réformes engagées et d’intensifier les efforts déployés au bénéfice des populations et notamment de la jeunesse guinéenne. Durant cette période, la stabilité et l’attractivité du pays devront être garanties ».


« Quand on me demande si je suis optimiste ou pessimiste s’agissant de la Guinée, j’ai l’habitude de répondre en citant les propos de Jean Monnet, l’un des pères de l’Europe, qui affirmait : “Ce qui est important, ce n’est ni d’être optimiste ni pessimiste, mais d’être déterminé”. A ajouté Jean-Marc Grosgurin avant de conclure. « En tout cas, après bientôt trois riches années passées en Guinée, je puis vous confirmer, M. le Premier Ministre, Mme la Ministre, que vous pourrez toujours compter sur ma détermination à œuvrer pour le développement de la Guinée, ainsi que sur mon attachement indéfectible à renforcer nos relations bilatérales ».

 

À LA UNE
Retour en haut