› Culture

Prince Diabaté construit une école de musique

Prince Diabaté

Porteur d’un projet de construction d’une école de musique, qui sera appelée « Prince Diabaté academy of music », le chanteur veut favoriser l’apprentissage de la musique en Guinée.

En moyenne, l’école pourrait accueillir entre 500 et 1 000 élèves par an, dans un premier temps. Une capacité qui pourra évoluer plus tard. « Il faut l’éducation, il faut essayer d’aider ceux qui sont sur le chemin, parce que le temps qu’on joue aujourd’hui quand on regarde les doyens qui sont déjà retraités qui étaient dans le Balai Africain, l’Ensemble Instrumental, ils n’ont pas de travail et les jeunes sont de l’autre côté, il faut les reconnecter ensemble », confie le pionnier de Kora alternative.  Prince Diabaté précise que la formation sera gratuite pour les apprenants. « Ça serait gratuit. Le projet vise à encourager les jeunes et en même temps leur donner l’espoir, permettre à la culture de revenir parce qu’elle a reculé il faut se dire la vérité », confie l’artiste

Le récipiendaire du prestigieux prix “Découvertes” en 1990 sponsorisé par Radio France Internationale (RFI), donne déjà quelques indices sur les genres qui seront enseignés dans cette école.  « La musique qui sera enseignée, c’est l’histoire manding avec des instruments traditionnels manding. Le seul instrument moderne qui va être joué là-bas c’est la guitare mais la façon de jouer serait manding.  Il y aura de bonne volonté qui viendront pour enseigner du solfège… mais l’école serait spécialisée sur les instruments à corde pas de percussions. Exceptionnellement on va voir le balafon et la flûte traditionnelle », nous confie-t-il.


Confiant à son projet « bénévole » financé par de bonnes volontés, l’auteur de “New Life », compte aussi sur l’appui des autorités guinéennes pour redorer le blason de la culture guinéenne qui selon lui a pris du recul.  « Je n’ai pas de problème avec les autorités guinéennes. Je suis guinéen et je suis en train de me battre pour ne pas que la culture guinéenne disparaisse. Quand on regarde les pays voisins avant ils venaient en Guinée pour apprendre et recharger la batterie, aujourd’hui, c’est nous qui allons vers eux.  Je me bats pour ne pas que la Guinée perd sa culture. Je veux que la nouvelle génération et les doyens puissent booster la culture. Nous nous sommes à l’étranger mais on fait la promotion de la culture de Guinée. Nous sommes l’identité de la Guinée et il faut qu’on parle de la culture guinéenne et mandingue. Je suis impressionné de voir des gens s’intéresser à ce projet. Je suis sûr qu’on varéussir bientôt. Je remercie tous ceux sont venus en aide pour que ce projet se réalise. Ils peuvent compter sur nous il y aura plein de succès », assure Prince Diabaté.

À LA UNE
Retour en haut