› Santé

Qu’envisage le Gouvernement pour lutter contre la Fièvre Lassana en Guinée?

Pas d'image

Le ministre guinéen de la Santé vient d’apporter des précisions sur l’apparition de la fièvre Lassa en Guinée.
Edouard Niankoye Lamah a annoncé l’envoi de plusieurs équipes sur le terrain en vue d’enquêter sur les personnes ayant été contact avec le malade, un individu de 35 ans hospitalisé à Mamou. Le chef du département de santé a également signifié qu’il n’y a pas de nouveaux cas signalés à date. « Il n’y a pas eu de nouveaux cas. Demain, on va envoyer des équipes de renfort au niveau des deux coins pour retrouver les contacts et l’itinéraire du malade. Mais ça c’est technique », a confié à Africaguinee.com, le ministre de la Santé. Un cas de fièvre lassa a été détecté en Guinée, ont annoncé les autorités sanitaires du pays ce samedi 02 février. Il s’agit d’un homme de 35 ans habitant la préfecture de Kissidougou et admis à l’hôpital régional de Mamou le 28/01/2019.
La fièvre Lassa est une maladie contagieuse mortelle. Elle se manifeste par les principaux signes suivants : Fièvre, douleurs thoraciques, céphalées, vomissements, diarrhées, douleurs articulaires et dans sa forme la plus grave par les saignements. Quel est le nombre de personnes contacts à date ? La famille du patient a été placée en quarantaine ? « Il faut faire les enquêtes pour retrouver tous les contacts. Une personne qui a fait deux, trois cliniques, qui est partie à l’hôpital dans une ville A pour une ville B, qui a quitté à bord d’un véhicule. Il faut qu’on retrouve le véhicule, autant que possible les passagers. Il faut remonter toute la filière. Donc, laissez-nous faire les enquêtes », a indiqué M. Lamah, précisant qu’il n’y a pas encore 12 heuures depuis que le nouveau a été détecté.
Le ministre de la Santé invite les populations à ne pas paniquer. Selon lui, il y a des médicaments pour guérir du Lassa. « Il n’y a pas à paniquer. Ne comparez pas ça à Ebola, je ne vais pas m’aventurer dans ce domaine parce que la fièvre hémorragique Ebola est plus dangereuse que la fièvre de Lassa. C’est une réalité. 90% des malades d’Ebola peuvent en mourir tandis que pour la fièvre Lassa, on a au moins les médicaments. Pour Ebola, il n’y a pas de médicaments curatifs, mais pour Lasssa, il y en a », a-t-il précisé.

>
Zapping Actu International
À LA UNE
>
Retour en haut