International › APA

Religion, politique et terrorisme au menu des quotidiens burkinabè

Pas d'image

Les quotidiens burkinabè de ce mercredi abordent des sujets liés essentiellement à la politique et au terrorisme, sans oublier la religion, avec la tenue à Ouagadougou de la Conférence épiscopale des évêques d’Afrique de l’Ouest.Le doyen des quotidiens burkinabè, L’Observateur Paalga, informe que la 3e Assemblée plénière des évêques de la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (RECOXA-CERAP) s’est ouverte, hier lundi dans la capitale burkinabè.

«+La nouvelle évangélisation et le développement humain intégral dans l’église famille de Dieu en Afrique de l’Ouest+, est l’objet central de réflexion de l’église catholique dans son approche d’évangélisation», relate le journal.

De son côté, le quotidien à capitaux publics, Sidwaya, se contente de titrer: «Développement humain : Des prélats en réflexion à Ouagadougou», avant d’indiquer que la rencontre se déroule jusqu’au 20 mai prochain. 

«Conclave des princes de l’Eglise de l’Afrique de l’Ouest : les questions théologales et sécuritaires au menu à Ouaga», affiche, pour sa part, Aujourd’hui au Faso, autre quotidien privé. 

Pendant ce temps, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso, fait observer que «l’ombre du terrorisme plane sur cette rencontre».

Quant au journal Le Pays, il reprend en première page, les propos du Cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou qui, à propos des attaques de lieux de cultes au Burkina Faso, dit ceci: «Ne nous laissons pas embourber dans le dérapage ethniciste et religieux».

Dans la même lancée, L’Observateur Paalga, cite El hadj Boubacar Yugo, président délégué de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB) qui, parlant des attaques ciblées d’édifices et de dignitaires religieux, estime «il n’y aura jamais ici (Burkina Faso, Ndlr) de guerre entre musulmans et chrétiens». 


Les journaux ont largement commenté la conférence de presse animée la veille à Ouagadougou, par des partis politiques affiliés au Chef de file de l’opposition politique (CFOP).

A ce sujet, Le Pays met en exergue les propos des conférenciers qui ont déclaré que : «le pouvoir du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, au pouvoir, Ndlr) cultive l’amicalisme et le népotisme». 

L’Express du Faso mentionne qu’à propos du dialogue politique souhaité par le président du Faso, «l’opposition s’explique et précise ses points de vue». 

L’Observateur Paalga, de son côté, propose ce titre interrogatif: «Dialogue politique : peut-on parler d’élection quand ça frappe à 100 Km de Ouagadougou ?».

Le confrère reprend ainsi, les propos de Amadou Diemdioda Dicko, opposant et l’un des animateurs de la Conférence de presse du CFOP.

À LA UNE
Retour en haut