Eco et Business › Energie

Secteur de l’eau: signature d’une convention entre le gouvernement et l’AFD

(c) droits réservés

La Ministre de l’Economie et des Finances a pris part ce jour à la cérémonie de signature de convention de prêt en faveur du secteur de l’eau en Guinée. Cette importante signature qui intervient deux ans après la table ronde de mars 2016, sur le secteur de l’eau a connu la présence du Secrétaire Général du Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique, de l’Ambassadeur de France en Guinée, de la Directrice de l’Agence Française de Développement, mais aussi du Directeur Général de la Société des Eaux de Guinée.

En effet, selon une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé réalisée en 2015, seule 67% de la population en Guinée avait accès à l’eau potable.  Face à cette situation la France à travers l’Agence Française de Développement apporte son soutien au Gouvernement guinéen pour l’appuyer dans un programme global d’impulsion de la promotion des investissements et du renforcement institutionnel du secteur de l’eau potable à travers un ensemble d’actions engagées depuis 2013.

C’est dans ce cadre que ce financement d’un montant de 30 millions d’euros, sous la forme d’un prêt très concessionnel à la République de Guinée, marque la fin de l’absence de la France en ce qui concerne le financement des programmes du secteur de l’eau depuis plusieurs années.

Ce projet revêt un double enjeu à savoir d’une part, l’amélioration des performances commerciales et techniques de la Société des Eaux de Guinée et d’autre part procéder au maintien de l’outil industriel à Conakry et à l’intérieur du pays.

(c) droits réservés

Pour la Directrice de l’Agence Française de Développement, cette convention se propose de réduire les fuites et d’augmenter les ventes et le recouvrement sur Conakry en déployant, agence par agence, un programme déjà testé sur trois agences commerciales (Kaloum sur fonds propres, Matam sur financement BM et Dixinn sur financement AFD).

Selon Patricia Aubras, le projet commencera ainsi sur les agences de la commune de Matoto pour s’étendre par la suite sur la commune de Ratoma. Les réhabilitations et les renouvellements permettront la mise en place d’une meilleure gestion des immobilisations techniques.


Prenant la parole à son tour au nom du Gouvernement, la Ministre de l’Economie et des Finances dira que la signature de cette convention de prêt en faveur du secteur de l’eau à hauteur de 30 millions d’euros, est destinée à l’amélioration des performances techniques et commerciales des agences des communes de Matoto et de Ratoma ainsi que le renouvellement des équipements obsolètes des sites de production d’eau potable de Conakry et les 25 centres de l’intérieur gérés par la SEG.

(c) droits réservés

Pour Malado Kaba il s’agit d’un financement qui contribuera à la mise en œuvre de priorités nationales définies de commun accord avec les bailleurs de fonds lors de la table ronde sur le secteur de l’eau en 2016. Celle-ci a permis de mettre en place un Programme national d’investissement du secteur de l’eau à l’horizon de 2022.

Pour finir, la Ministre de l’Economie et des Finances a rappelé que ce financement de l’Agence Française de Développement, s’inscrit dans le cadre des annonces faites par la France lors du Groupe consultatif de novembre 2017. Il va permettre d’améliorer des critères technico-commerciaux pour 15 millions d’euros avec un accent mis sur la réduction des fuites, l’augmentation des ventes et le recouvrement, ainsi  qu’assurer le renouvellement des installations pour un montant de 15 millions d’euros en vue de réduire les coûts de maintenance qui pèsent sur la trésorerie de la Société des Eaux de Guinée et parallèlement améliorer la situation financière.

Cette signature de convention de prêt en faveur du secteur de l’eau en Guinée, converge également avec les autres appuis de la France concernant l’amélioration de la gouvernance financière des entreprises publiques.

 

À LA UNE
Retour en haut