International › APA

Vers l’absorption de la Douala stock exchange par la Bourse d’Afrique centrale

Pas d'image

La Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) sera à partir du 30 juin 2019, l’unique marché financier au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) après l’absorption de la Bourse nationale du Cameroun, la Douala stock exchange (DXS).Selon note dont APA a pu obtenir une copie jeudi, « les deux institutions boursières ont signé un acte sous seing privé le 29 mai 2019 qui établit le projet de leur fusion par voie d’absorption ».

Le projet deviendra véritablement opérationnel après l’approbation des assemblées générales extraordinaires des actionnaires des deux entités, ce qui confirme que la mise en place du marché financier d’Afrique centrale prend progressivement corps.

Selon les termes du projet à soumettre à l’approbation des assemblées générales, la Douala Stock Exchange fera un apport net de 4,178 milliards de FCFA.

Il s’agit de la totalité de son actif évaluée à 6,269 milliards de FCFA et de la totalité de son passif estimée à 2,090 milliards de FCFA.

Concrètement, la BVMAC procédera à une augmentation de son capital de 3,542 milliards de FCFA par émission de 35 429 nouvelles actions de 100 000 FCFA nominal chacune, afin de rémunérer son apport à la nouvelle entité financière assortit d’une prime de fusion qui est une espèce de ticket d’entrée de 633,88 millions FCFA.


« Il est prévu que ces 35 429 actions nouvelles soient attribuées aux actionnaires de la DSX, à raison de deux actions BVMAC pour une action DSX. Toutes les opérations actives et passives, effectués par la société DSX depuis le 31 décembre 2018 jusqu’au jour de la réalisation définitive de la fusion seront prises en charge par la société BVMAC », précise le document.

Dans cette perspective, « la BVMAC invite les créanciers des sociétés fusionnantes, dont la créance est antérieure à l’avis venant d’être publié, à former opposition à cette fusion dans un délai d’un mois à compter du 31 mai. Et ce dans les conditions prévues par l’Acte uniforme OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et du groupement d’intérêt économique ».

Une structuration de la bourse sous-régionale qui interviendra trois mois l’absorption en mars dernier de la Commission des marchés financiers du Cameroun (CMF) par la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF).

Cet acte additionnel sera l’aboutissement de la décision des Chefs d’Etat de la CEMAC lors du sommet à Ndjamena, au Tchad le 31 octobre 2017, portant fonctionnement d’un seul marché financier en Afrique centrale dont le régulateur est basé à Libreville, au Gabon, et la direction de la bourse sous-régionale basée à Douala, au Cameroun.

À LA UNE
Retour en haut